La paie accompagnée : une alternative pour les PME

En matière de paie, les petites entreprises ont tendance à croire qu’elles n’ont que deux solutions : soit tout déléguer à un expert-comptable, soit internaliser à 100 % en embauchant un salarié dédié. Autrement dit, « faire » ou « faire faire ». Mais il existe une troisième voie qui cumule simplicité et garantie de conformité : l’externalisation partielle ou « paie accompagnée ».

En France, la paie s’inscrit dans un cadre tellement complexe et mouvant qu’aucune entreprise ne veut risquer de faire une erreur. Globalement, plus la structure est petite ou récente, plus elle a tendance à confier 100 % du processus à un prestataire externe – le plus souvent à son expert-comptable. Dès lors que l’entreprise grandit, elle préfère généralement réintégrer sa fonction administrative, gérant ainsi elle-même la comptabilité, les relances clients et même parfois la création des bulletins de salaire. Reste que la paie est un métier de spécialistes, qui fait l’objet d’évolutions légales et conventionnelles permanentes. Pas toujours facile pour une PME de suivre le rythme. Sans compter les paramétrages liés aux spécificités de chaque entreprise… qui peuvent s’avérer ardus et chronophages pour les non-avertis.

Simplicité, accessibilité et accompagnement

Grâce à l’émergence des plateformes SaaS (accessibles directement depuis Internet sans une lourde installation préalable), les PME peuvent désormais accéder à des solutions de traitement de la paie beaucoup plus simples, ergonomiques et intuitives qu’auparavant… qui ont l’immense avantage d’être mises à jour en temps réel, par les éditeurs directement, en fonction des nouvelles dispositions légales et des évolutions d’accords de branche. La « paie accompagnée » offre en outre la possibilité à l’entreprise de bénéficier de l’assistance d’un spécialiste, aussi bien sur les questions techniques liées à l’outil, que sur les problématiques « métiers » relatives aux nombreux éléments de personnalisation propres à chaque entreprise. Résultat : l’employeur a toujours la garantie que ses bulletins de salaire sont aux normes… sans avoir à embaucher un professionnel spécialiste de la paie.

Une « co-production » de la paie

Concrètement, une entreprise qui fait le choix de l’externalisation partielle garde la main sur la production de sa paie pour la saisie des variables, l’édition des bulletins ou le suivi des télédéclarations (qui sont généralement automatiques). En revanche, elle peut s’appuyer au quotidien sur un consultant externe, joignable par téléphone ou par tchat, qui lui apporte des réponses opérationnelles et l’aide à trouver des solutions en temps et en heure. Car évidemment la paie n’attend pas… Avec Sage One Paie par exemple, l’éditeur Sage propose une solution de « paie accompagnée » idéale pour les PME de 1 à 50 salariés. Une formule confortable, rassurante et attractive, puisqu’elle n’est facturée que de 8 à 12 euros par bulletin de salaire, en fonction de la taille de l’entreprise.
Grâce à cette solution Sage d’externalisation partielle de la paie, l’entreprise bénéficie de l’accompagnement de spécialistes lui permettant ainsi de sécuriser ses processus et de les rendre plus productifs pour pouvoir se concentrer sur son activité.

Pour en savoir plus Sage

Sur le même sujet :

Partager sur :

Réagissez Abonnez-vous à la newsletter

Nous vous conseillons de lire également ces articles