Passez au logiciel de comptabilité, vous avez tout à y gagner

Suite à la publication d’un document officiel de la DGFiP le 28 juillet 2017, l’obligation pour les entreprises assujetties à la TVA n’étant pas sous le régime de la franchise de TVA, d’utiliser un logiciel ou système de caisse certifié au 1er janvier 2018, s’appliquera désormais en retenant la fonctionnalité de caisse du logiciel – qu’il soit même comptable ou de gestion – et dès lors que l’entreprise compte des particuliers (non assujettis à la TVA) parmi ses clients.
Ainsi, comme le prévoit la DGFiP, « un logiciel de gestion qui permet l’enregistrement des opérations de ventes ou de prestations de services qui concernent les non assujettis à la TVA (clients particuliers) doit être considéré comme un logiciel ou un système de caisse visé par le dispositif. ¹ »
Etat des informations disponibles à date : le deuxième projet de loi de finances rectificative pour 2017 est en cours d’adoption devant le Parlement
¹Direction générale des Finances publiques, Foire aux questions relative à l’obligation d’utiliser des logiciels de caisse sécurisés, 28 juillet 2017.

 

Certes, c’est la loi pour la lutte contre la fraude à la TVA, issue de la loi de finances 2016, qui vous contraint dans quelques mois à quitter votre tableur pour passer à un logiciel de comptabilité certifié. Mais vous verrez qu’au final, vous allez apprendre à l’apprivoiser.

Un nouveau contexte législatif…

À partir du 1er janvier 2018, vous êtes tenu, comme tous les professionnels, de vous équiper de logiciels de gestion, de comptabilité ou de systèmes de caisse qui répondent à certains critères imposés par la loi. Ces logiciels et systèmes de caisse devront en effet rendre vos données inaltérables et sécurisées, et présenter des fonctions de conservation et d’archivage de ces données dans le temps. Votre mise en conformité avec ces obligations légales devra être prouvée par un certificat d’un organisme accrédité ou une attestation de votre éditeur sur intervention inopinée ou lors d’une vérification de comptabilité de l’administration fiscale. Et gare à ceux qui ne s’y soumettraient pas ! Ils seront redevables d’une amende de 7 500 euros renouvelable par logiciel non conforme.

… Mais une opportunité pour vous faciliter la comptabilité !

Choisir un logiciel de gestion, de comptabilité ou un système de caisse certifié va donc vous permettre avant tout d’être en conformité avec ces obligations et d’éviter la pénalité financière, mais pas seulement.
D’abord, il faut savoir que les logiciels de gestion, de comptabilité et les systèmes de caisse se sont fortement développés ces dernières années et se déclinent aujourd’hui en fonction de la typologie de votre entreprise. En effet, vous n’avez pas les mêmes besoins si vous êtes un entrepreneur individuel ou une multinationale, du secteur de l’industrie ou des services à la personne, basée en France ou avec des filiales à l’étranger. Ces nouveaux logiciels sont capables de répondre au plus près à vos spécificités, avec toujours pour objectif de vous simplifier la compta !

Un atout pour gagner en sérénité

Cette adéquation entre l’interface du logiciel et vos besoins va permettre de traiter vos données comptables plus efficacement: la saisie des données est simplifiée, certaines tâches récurrentes pourront être automatisées, la TVA sera calculée systématiquement, des rapprochements avec vos opérations bancaires pourront même se faire, et les éditions de documents de synthèse (bilans, comptes de résultats) seront automatiques… Bref, vous allez gagner du temps et même de la sérénité car les risques d’erreurs vont par la même occasion diminuer. Plus de problème non plus de transmission à votre expert-comptable qui pourra avoir un accès direct à vos données. Enfin, avec ce système vous êtes assuré de rester toujours en conformité avec les évolutions législatives et réglementaires.
Certaines solutions proposent même des outils complémentaires pour gérer votre trésorerie et analyser vos données financières afin de vous aider à prendre les bonnes décisions de gestion.

En définitive, outre la disposition légale qui entrera en vigueur au 1er janvier 2018, l’achat d’un logiciel de caisse conforme permettra de rassurer l’administration fiscale à l’occasion d’un contrôle et sera sans doute moins onéreux que l’application de l’amende renouvelable de 7 500 euros.

Comme se déroule un contrôle fiscal ? Comment être préparé ? Qu’est ce que le droit à l’erreur ? Pour tout savoir sur les contrôles fiscaux et vous assurer de les vivre sereinement, rendez-vous sur notre page web dédiée et notre Foire aux Questions.

Pour en savoir plus : www.sage.fr

Sur le même sujet :

Partager sur :

Réagissez Abonnez-vous à la newsletter

Nous vous conseillons de lire également ces articles