Les bonnes pratiques du Fast Closing

Réduire au maximum les délais de clôture de leur exercice comptable est devenu un enjeu majeur pour les entreprises. Focus sur un process de plus en plus répandu : le Fast Closing.

Satisfaire aux obligations légales et aux attentes des partenaires

Le Fast Closing se définit comme la capacité d’une entreprise à réaliser en quelques jours sa clôture comptable en fin d’année fiscale, sans attendre le délai légal de dépôt de 7 mois maximum, qui démarre à compter de la clôture de l’exercice en question.
Dans un contexte de forte concurrence, la publication rapide de ces informations constitue aujourd’hui un réel gage de sérieux pour l’entreprise. Elle renforce son image auprès des investisseurs, des fournisseurs, des clients, des collaborateurs… Le délai de clôture des comptes devenant ainsi, à l’externe, un examen de passage attendu, un argument de communication important sur la performance et l’efficacité de l’entreprise.

Multiplier la fréquence des clôtures en impliquant l’ensemble de l’entreprise

Le Fast Closing est également un levier de transformation interne. Après avoir goûté aux avantages du Fast Closing, les entreprises auront en effet à cœur de vouloir multiplier la fréquence des clôtures (annuelle, semestrielle, trimestrielle ou mensuelle) afin de gagner en agilité, en réactivité… Le Fast Closing permettra surtout d’améliorer l’analyse des décideurs, leur prise de décision et leur pilotage. L’entreprise peut très bien envisager dès lors de disposer à tout moment de photographies précise de sa situation financière.
Mais, pour y parvenir, l’entreprise devra d’abord réussir à impliquer l’ensemble de ses collaborateurs : comptabilité, finance, commerce, achat, logistique… Elle pourra également mettre dans la boucle ses partenaires de confiance : finance, informatique, experts comptables, commissaires aux comptes.

Optimiser la collecte de ses données

Le bon fonctionnement du Fast Closing dépendra aussi en amont des processus de production de l’information financière et comptable.
Deux types de données pouvant alors servir à alimenter sa clôture comptable :

  1. les données purement comptables, générées automatiquement
  2. les données produites par les collaborateurs eux-mêmes, au quotidien, et plus complexes à recueillir : notes de frais, dépenses, ventes, devis, commandes, …

Pour disposer d’infos justes, rapidement, il s’avérera donc nécessaire de rationaliser et d’optimiser les processus de production de données. Ces derniers ayant un impact direct sur l’arrêté des comptes, grâce à système d’information pointu tant en matière de reporting que d’accès aux données.

Fast Closing, Reporting et Self-Service : produire du sens

Le système d’information comptable devra ainsi être capable de traiter rapidement et efficacement d’importants volumes de données, de leur donner du sens, et de soigner leur présentation : avec la création de tableaux de bords, d’indicateurs visuels, etc.
En interne ou dans le Cloud, l’entreprise devra pour ce faire disposer d’une puissance de calcul suffisante et intégrer les outils adéquats, de croisement, de tri, de pondération de données, etc.

Pour en savoir plus Sage

Sur le même sujet :

Partager sur :

Réagissez Abonnez-vous à la newsletter

Nous vous conseillons de lire également ces articles