Quelles solutions pour gérer sa paie ?

Quel mode opératoire choisir pour bien gérer sa paie ?

Quelle que soit la taille de son entreprise, à partir du moment où l’on a des salariés, on doit les payer et régler les charges aux différents organismes sociaux (Urssaf, prévoyance, vieillesse, maladie…). Cependant, ces obligations légales vivent de nombreuses (re)évolutions depuis quelques années. Impossible aujourd’hui de réaliser sa paie dans un fichier Excel ou encore sur papier. La digitalisation est devenue la norme, et le rythme effréné des nouvelles dispositions du Code du Travail (une tous les trois jours en moyenne) complexifie sérieusement la donne, que l’on soit une TPE, une PME/PMI, une ETI ou bien un groupe international.

Plusieurs solutions existent

« Le chef d’entreprise a, à sa disposition, plusieurs modes de gestion pour réaliser sa paie, explique Christian Litaudon, Directeur Marketing des offres Sage Paie & RH. Et on se rend compte, avec l’expérience, qu’il n’y en a pas un mode opératoire meilleur que les autres. » Le choix se fait en effet souvent en fonction des cycles de vie de la structure et de paramètres tels que la sensibilité RH du dirigeant, la taille de l’entreprise, les coûts de fonctionnement de la paie… Et comme ces facteurs évoluent dans le temps, le choix du mode opératoire évolue de même.

Faire ou faire faire ?

« On constate néanmoins une tendance de fond, souligne Christian Litaudon. Les petites entreprises externalisent très souvent la gestion de leur paie. L’obligation administrative ayant peu de valeur dans son cœur de business, le dirigeant se tourne à 99,9% vers son expert-comptable, dont Sage est également fournisseur. Puis l’entreprise grandit, s’équipe d’un logiciel de paie avec une personne en charge de l’exploiter. Quant aux grands groupes, ils préfèrent créer leur propre centre de services partagés ou externaliser, auprès de prestataires internationaux, afin de gérer la paie de leurs salariés disséminés à travers le monde. » Externaliser ou internaliser sont donc les deux solutions traditionnellement utilisées. Pourtant, une troisième voie plus innovante et plus en phase avec les nouveaux usages, existe, et elle est particulièrement intéressante pour les TPE et PME/PMI de 1 à 50 salariés.

Sage One Paie, une alternative parfaite pour les entreprises de 1 à 50 salariés

« Cette alternative pourrait se résumer sous les termes de paie accompagnée ou externalisation partielle, note Christian Litaudon. Le dirigeant veut produire sa paie en interne, via une solution simple d’utilisation, accessible et, avec zéro contrainte technique, avoir sous la main toutes les informations concernant ses salariés, mais aussi pouvoir être accompagné par des spécialistes de la paie à la moindre question. » C’est exactement ce que propose Sage One Paie, une solution où les rôles sont clairement partagés. Cette application, en ligne sur le Cloud (on s’affranchit ici de toute contrainte informatique et de paramétrage), permet d’accéder à son logiciel de paie en mode sécurisé, depuis n’importe quel ordinateur ou tablette, de saisir simplement les données de chaque salarié pour éditer des bulletins de paie conformes et télé-déclarer les charges aux organismes de protection sociale. « Avec cette solution extrêmement souple, le dirigeant gagne en sérénité et en flexibilité, conclut Christian Litaudon. Il sait qu’il a entre les mains une application qui répond aux dispositions légales, à son accord de branche et à ses spécificités d’entreprise. En cas de questionnement, il peut également rapidement communiquer (par téléphone, par mail ou tchat) avec des spécialistes de la paie qui vont l’aider à trouver la bonne solution ». L’autre intérêt de Sage One Paie est son coût d’utilisation : il faut compter entre 8 à 12 € par bulletin. De plus, l’ensemble des interactions avec les spécialistes paie de Sage, tout au long de l’année sont comptabilisées dans l’abonnement. 4 000 chefs d’entreprise ont déjà décidé d’utiliser Sage One Paie.

 

Télécharger le guide pour relever les défis du changement

Partager sur :

Réagissez Abonnez-vous à la newsletter

Nous vous conseillons de lire également ces articles